Avec ses murs épais, ses créneaux, ses tours d'angle et ses meurtrières, la caserne pentagonale ressemble encore à une citadelle fortifiée. Pourtant, une grande partie du bâtiment n'a désormais plus rien à voir avec l'armée. Au contraire: l'Institut supérieur des Beaux-Arts s'y est installé.

Ce bâtiment comprend également 12 ateliers pour artistes et 4 salles de répétition pour musiciens.