Pendant votre escapade magique à Gand, prenez le temps de contempler l’horizon du centre historique. Vous ne pouvez pas le manquer : le Beffroi est la deuxième tour du célèbre trio, situé entre la Cathédrale Saint-Bavon et l’Église Saint-Nicolas. Un dragon ardent, fier symbole et mascotte de la ville, veille sur le cœur historique de Gand.

Le Beffroi symbolise la prospérité et l’indépendance de la ville. La construction de la Halle aux Draps, qui jouxte le Beffroi, s’est achevée en 1907. Le style gothique brabançon de la Halle rend hommage à l’artisanat auquel cette ville doit tant. À l’angle de la Halle aux Draps, vous découvrirez l’ancienne maison du geôlier. 

Ange gardien et protecteur des trésors de Gand

Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, le Beffroi de Gand vaut incontestablement le détour. En 1402, les privilèges de la ville sont conservés dans un coffre secrètement entreposé dans le Beffroi. Le dragon qui domine la tour depuis 1377 surveille la ville et défend le Beffroi. Du reste, le Beffroi porte fièrement sa cloche, la « Grande triomphante », bien qu’aujourd’hui, celle que les Gantois surnomment Roeland repose à côté du Beffroi, sur la Emile Braunplein. 

Jusqu’en 1442, l’Église Saint-Nicolas a servi de première tour de guet. Après 1442, les  gardiens ont pris place dans le nouveau Beffroi. Ces gardiens, qui formaient avec les sonneurs de cloches le corps des « agents de la ville », sont restés en service jusqu’en 1869. Leur mission consistait surtout à guetter les incendies, principal danger à l’époque.

Escaladez les marches (ou prenez l’ascenseur, à partir du premier étage), écoutez la douce mélodie du carillon et contemplez la ville animée. Le charme de cette vue panoramique ne manquera pas de vous émouvoir. Attention, le Beffroi n’est hélas pas accessible aux visiteurs à mobilité réduite.

Le Mammelokker, une légende derrière les barreaux

En 1741, un bâtiment fut érigé entre le Beffroi et la Halle aux Draps : l’entrée de la prison communale. Le relief au-dessus du fronton relate une ancienne légende romaine, celle de Simon, un homme condamné à mourir de faim. Il aurait survécu grâce à sa fille, qui l’allaitait lors de ses visites quotidiennes. En néerlandais, « mammelokker » signifie « celui qui tête le sein ».