Sombre et menaçant, robuste et sinistre. Pourtant le diable n’y a jamais pris ses pénates.

Il a servi, au fil des siècles, de résidence de chevalier, de dépôt d’armes, de couvent, d’école et de séminaire épiscopal. En 1623, il a accueilli un asile pour aliénés et un orphelinat pour garçons. Une autre partie du bâtiment a servi de prison ou de maison de correction.