Art pour certains, gribouillage pour d’autres : les graffitis ne laissent personne indifférent. Partez à leur recherche dans un quartier qui vous surprendra par ses nombreuses œuvres murales bigarrées.
La vivacité d’une ville se reconnaît à son street art, paraît-il. Si c’est vrai, Gand est plus bouillonnante que jamais ! Les rues de cette ville rebelle ont toujours été une toile de choix pour les graffeurs souhaitant esquisser des dessins imaginatifs éclatants et pleins d’émotions . Une chose est sûre, après cette promenade, vous porterez un tout autre regard sur l’art urbain.
Inspirez-vous du plan street art « Sorry, not sorry » de Gand pour découvrir à pied ou à vélo les graffitis bigarrés de la ville. Les guides gantois se feront un plaisir de vous en donner un avant-goût.

3,3 km - 4400 stappen

Façade latérale du Vooruit – Bonom

La promenade débute au Centre d’art VIERNULVIER (précédemment Vooruit), qui aura peut-être déjà changé de nom au moment de votre visite. Sur la façade latérale du Vooruit, vous découvrez l’unique dessin de Bonom à Gand: dans la capitale, le Bruxellois Vincent Glowinski est surtout connu pour ses dessins érotiques souvent inattendus. L’étrange oiseau qu’il a dessiné à Gand se trouve à côté de la terrasse moderniste du Vooruit.  https://parcoursstreetart.brussels/artistes/bonom/

Bon à savoir.   Le Centre d’art VIERNULVIER est une institution artistique flamande qui offre une plateforme à diverses disciplines artistiques. Ce complexe historique a été ouvert en 1913 par la Samenwerkende Maatschappij Vooruit.

À côté du Backstage – Smok

De l’autre côté de la rue se trouve le centre culturel Backstage, établi dans le bâtiment de l’ancienne imprimerie « Het Licht ». À côté du Backstage, vous pouvez voir une œuvre de Smok. L’artiste anversois Bart Boudewijns peint de nombreux portraits et des animaux plus vrais que nature. https://www.instagram.com/toonvanishoven/

Bon à savoir.   En 1930, le bâtiment abritait le bureau de la rédaction du journal De Vooruit. Sa façade restait illuminée la nuit pour souligner le travail nocturne du journal.

Façade latérale du café De Hoeve – Cee Pil

Descendez vers le café De Hoeve. Sur une bande étroite de la façade latérale du café, vous découvrez une œuvre de CeePil qui réalise des dessins surréalistes très reconnaissables de 2 animaux qui s’entremêlent. Ici, il a dessiné le Baterpillarman :  Batman en chenille (caterpillar).

Sur 3 portes de garage – A Squid called Sebastian

Né à Boston en 1981, cet artiste en devenir a déménagé à Gand avec toute sa famille lorsqu’il était enfant. Il a obtenu un diplôme de master en bande dessinée à la Luca School of Arts. Il dessine également des tatouages. Ses dessins sur les trois portes de garage représentent des personnes avec un tuba qui lisent dans un salon, en référence au confinement dû à la crise du coronavirus. 

Au n° 9 – Lobster

Au n° 9, vous découvrez une œuvre de Lobster Robin, un Anversois résidant à Gand qui nous transmet un message : restez modeste, appréciez la nature et ouvrez les yeux. Le street art de Lobster donne des couleurs à ce quartier étudiant plutôt terne.  http://www.wallinofficial.be/nl/artiesten/lobster-robin

Bon à savoir.  La Tour des Livres (Boekentoren) est un bâtiment emblématique datant de 1942 conçu par Henry Van de Velde. Cette tour de 66 m de haut abrite la bibliothèque universitaire de Gand.  Tout en haut de la Tour se trouve la sculpture en bronze d’un Fox Terrier, mais il faut le savoir pour le voir. 😉

Hoveniersberg – Kitsune Jolene

À hauteur de la Hoveniersberg, vous découvrez une œuvre de Kitsune Jolene. Cette jeune femme de Flandre orientale peint principalement des portraits de femmes, d’animaux, de la faune et de la flore mêlés à des références à d’autres cultures et mythologies. Son nom d’artiste Kitsune fait d’ailleurs référence à un renard de la mythologie japonaise qui peut vivre jusqu’à cent ans et se transformer en jeune femme.  http://www.kitsunejolene.com/.

Juste après l’arrêt de bus – Kitsune Jolene

Image réconfortante d’une étudiante, emmitouflée dans une couverture chaude dans une pièce avec des sansevierias.

Jacob Jordaensstraat – Smithe

Au bout de la Sint-Pietersnieuwstraat, prenez à droite la Florbertusstraat et continuez tout droit dans les rues Kazernestraat et Jacob Jordaensstraat. Vous pouvez y admirer une œuvre de Smithe,   alias Luis Enrique. Cet artiste vit et travaille à Mexico et tire son inspiration de l’animation japonaise, du style graphique des années 1950 et des films de science-fiction.  Vous voyez un visage ? Plusieurs visages ? Cette œuvre a été réalisée pour la première édition du festival gantois « sorry not sorry » en 2016. Plus d’informations sur Smitheone.tumblr.com. 

Smithe

Victor Hortastraat - Jesus Benitez

Au coin de la Victor Hortastraat, vous voyez une immense œuvre de Jesus Benitez, alias Dhear, qui vit également à Mexico. Il s’inspire de la science-fiction et du cosmique pour représenter l’avenir. Vous voyez ici une jeune femme nue, ou peut-être plusieurs… Combien en comptez-vous ?  http://www.widewalls.ch/

Bon à savoir.  Vous pouvez également voir ici deux châteaux d’eau de 1880 et un plus récent. Ce dernier a été conçu par les architectes G. et D. Bontinck (1975-1977). Les deux autres font partie des plus anciens de notre pays : deux cuves en fer reposant sur de lourds murs extérieurs en briques, avec une ventilation supérieure pour éviter la dépression lors de la vidange, et protégés par des boiseries.

S.M.A.K. - Danny Matthys

Rendez-vous au Citadelpark en passant par la Kunstlaan. Sur le flanc du S.M.A.K. se trouve une œuvre de Danny Matthys. Il ne s’agit pas d’un graffiti : « Olam » est constituée de dizaines de bustes grandeur nature en béton pigmenté et est accrochée à la façade de gauche du S.M.A.K. Littéralement, Olam signifie « le dépassement de frontières ». À l’origine, il s’agissait d’une œuvre horizontale, mais elle a été accrochée à la façade à la demande de Jan Hoet.

Bon à savoir.  Sur le portail de la Citadelle, on peut lire Nemo me impune lacesset (« Nul ne m’offense impunément »). Des mots forts laissés par Guillaume 1er, roi du Royaume-Uni des Pays-Bas de 1815 à 1830.

Evert Debusschere

Suivez le chemin, en tournant d’abord à droite et puis à gauche. Sur le côté du bâtiment de l’ICC s’étend l’œuvre d’Evert Debusschere. Cet artiste originaire de Courtrai est diplômé de la Luca School of Arts de Gand. Il s’inspire de la vie moderne, des trains, des véhicules, des paysages urbains, de l’histoire et de la fantaisie.  Cherchez les nombreux personnages qui composent cette œuvre ! Vous voyez aussi des animaux ? Y aurait-il un lien avec le parc ? Avec la ville ? Avec Van Eyck ?

Le Jardin botanique et le Musée de l’Université de Gand (GUM) – ROA

Traversez l’Emile Clauslaan pour rejoindre le Jardin botanique et le GUM. La façade latérale du bâtiment révèle une œuvre gigantesque de Roa, l’artiste anonyme gantois mondialement connu.   C’est pour le GUM (Musée de l’Université de Gand) qu’il a conçu cet amas de squelettes. Du bas vers le haut : un éléphant, un rhinocéros, un grizzly et un okapi. www.gum.be; wikipedi/roa

Prenez le temps d’explorer le superbe jardin botanique.

Bon à savoir.  Le Jardin botanique de l’Université abrite plus de 10 000 espèces végétales sur une superficie de plus de 2,75 ha. Ce lieu vous invite à découvrir des plantes particulières ou à vous promener tranquillement dans un cadre splendide.

JAM

Suivez la Hofbouwlaan jusqu’à Ter Platen, traversez le pont et descendez l’escalier. Vous pouvez voir ici une JAM, une œuvre collective à laquelle ont participé notamment Bue, Mc Gyver, Resto, Duder1, Katoir, Kymo One, Malf et bien d’autres.  De l’autre côté de l’eau, un très long crayon a été dessiné par un artiste inconnu.

Bon à savoir.  De l’autre côté du pont, vous apercevez le Peperbus (poivrière), appelé ainsi en raison de sa forme typique. Il s’agissait d’une tour de garde qui faisait partie du rempart de la ville du XVIe siècle. Le ring actuel de Gand suit plus ou moins le tracé de ces anciens remparts.

Stalhof - A Squid Called Sebastian

Longez le Muinkschelde et traversez le pont Muinkbrug (Kantienberg) en direction de Stalhof. La façade arrière de Liberaal Archief Liberas (archives libérales) arbore une œuvre de l’artiste A Squid Called Sebastian.   Cette œuvre a été réalisée à la demande des tenanciers de bistrot de l’Overpoort.

Sint-Pietersplein - Anouk De Clercq

Rejoignez l’Overpoort et tournez à droite vers la Sint-Pietersplein. Vous vous trouvez au point culminant de Gand (29 m) !  Marchez jusqu’à la grille qui borde les escaliers menant au parking souterrain.   Anouk De Clercq, artiste multimédia, y a créé une bibliothèque remplie de livres.  Avec cette œuvre, elle explore la relation entre connaissance et signification historique. www.portapak.be/wikipedia

Bon à savoir. Il vous reste un peu de temps ? Dans ce cas, allez jeter un œil à la splendide Église Notre-Dame Saint-Pierre de Gand. Cette église est un chef-d’œuvre de l’architecte Pieter Huyssens qui s’est directement inspiré de la Basilique Saint-Pierre de Rome. Elle est considérée comme un joyau de l’architecture baroque des Pays-Bas méridionaux. 

Décou­vrir la ville avec un guide ?

Consultez ici l’offre complète de guides de Gand