En Flandre comme aux Pays-Bas, les béguinages restent des oasis de calme et de sérénité où la présence discrète des béguines semble encore palpable. Deux des trois béguinages de Gand figurent sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Bien que l’Ancien béguinage Sainte-Élisabeth, dans le Begijnhofdries, ne soit plus encerclé de murs et soit donc intégré dans la ville, il y règne encore une atmosphère unique. Aujourd’hui, l’Ancien béguinage Sainte-Élisabeth est considéré comme un lieu sacré, un havre de tolérance abritant pas moins de trois églises différentes : une catholique, une orthodoxe et une protestante.

Du blanchiment sur pré au verger…

Ce béguinage ouvert est devenu, au 13e siècle, un véritable village avec une église, la maison de la Grande Demoiselle, une infirmerie, une chapelle, plus de cent maisons de béguines, un pré destiné à blanchir le linge et un verger. Après la Révolution française et avec l’avènement de l’industrialisation, ses habitantes ont déménagé vers le nouveau béguinage de Sint-Amandsberg en 1873.

La nouvelle église orthodoxe de la Sophie Van Akenstraat à Gand est une attraction touristique qui vaut le détour. L’intérieur de l’église est décoré de fresques peintes selon l’authentique technique byzantine. Sur la façade figurent les douze apôtres, représentés en mosaïque dans des niches cintrées.

Façade divine

Envie d’admirer d’autres façades colorées pendant votre citytrip ? Vous trouverez une autre splendide mosaïque sur la façade du Théâtre royal Néerlandais situé sur la Sint-Baafsplein. Apollon, le dieu romain de la musique et de la joie, y est représenté avec les muses du chant, de la danse et de la musique. Gand, entre charme historique et modernité éclatante.