Bien que ce cimetière soit moins connu que celui de Campo Santo, le cimetière occidental est le plus grand de la ville de Gand. Pas moins de 30 000 âmes reposent sous ses 23 hectares. Vous trouverez cette oasis de paix verte au nord du centre historique de la ville, à proximité des quartiers « Rabot » et « Brugse Poort ».

Mal connu, mal apprécié

Situé sur une colline de 19 mètres de haut, Campo Santo est bien sûr le plus célèbre cimetière de Gand. On semble parfois oublier que le cimetière occidental est beaucoup plus grand et qu'il donne aussi à certains noms retentissants un dernier lieu de repos. On peut penser à Cyriel Buysse, l'écrivain flamand de « Het gezin van Pamel » et Virginie Loveling, une poète dont le nom vive toujours dans le bâtiment gouvernemental à côté de la gare Saint-Pierre. Le cimetière occidental contient également un cimetière militaire où reposent quelque 200 soldats flamands et 195 soldats britanniques, tous victimes de la Première Guerre mondiale.

Des religions, on ne discute pas

En 1862, Charles de Kerckhove de Denterghem, alors maire de Gand, conçoit le projet de ne plus réserver ce cimetière exclusivement aux chrétiens. Désormais, les Juifs et les protestants sont également les bienvenus après avoir rendu leur dernier soupir. Comme le diocèse a fortement critiqué cette décision, le cimetière occidental a alors reçu son surnom de « Geuzenkerkhof ». « Geus » est une forme corrompue du mot français original « gueux » qui signifie mendiant. Ce mot trouve son origine dans la guerre de 80 ans où il était utilisé comme juron pour les protestants et par extension pour tout ce qui n'était pas catholique.

Complètement zen

Plus de la moitié de ces 23 hectares de terrain est verte, ce qui en fait un endroit idéal pour une longue promenade. Le cimetière occidental a été aménagé dans le style paysager anglais. En d'autres termes, une dérive avec des hêtres des deux côtés mène à l'imposante porte d'entrée. À travers les pelouses, des sentiers sinueux où la bourgeoisie britannique aimait se promener. La ville de Gand propose trois itinéraires (seulement en néerlandais) à travers ce parc, chacun ayant un public cible différent.