Pendant les fêtes du Patershol en août, c’est traditionnellement la version « repassée » qui est vendue.

La mastelle est alors coupée en deux, enduite de beurre et de cassonade entre les deux parties, emballée entre deux feuilles d’aluminium et repassée avec un fer à repasser. Le biscuit obtient alors sa forme plate, tandis que le sucre caramélise. 

Pendant longtemps, cette sucrerie n’était proposée qu’à l’occasion des fêtes du Patershol, mais on peut à présent s’en régaler toute l’année chez le Nieuwe Onvrije Schipper au Korenlei.